lundi 20 juin 2016

Vis ma vie de mère au foyer débordée



Etre en congé parental est une chance!
Avant même que je ne tombe enceinte de baby girl, je savais que m'arrêter un an pour pouvoir profiter de ces premiers instants de vie était un profond désir. Les circonstances de sa naissance et sa prématurité ont transformé ce souhait en certitude tant on m'avait fortement conseillé d'éviter toute collectivité pendant sa première année.

Pour ma grande, j'avais fait le choix de ne travailler qu'à 60% pour profiter pleinement de mon nouveau rôle de mère et lorsqu'elle est a fait son entrée à l'école, j'ai continué à travaillé sur un temps partiel à 80%.

Autant vous dire que j'ai toujours fait passer ma vie de famille et mes enfants en priorité. C'est un choix de vie et je l'assume pleinement.

Seulement voilà, aujourd'hui je suis maman à plein temps depuis presque 15 mois (et ce pendant encore 8 mois) et j'en ai marre de tous ces préjugés, ces non-dits et ces sous-entendus sur le job de mère au foyer.
Car pour moi, oui, être maman au foyer est un vrai travail à temps plein (même si ce n'est pas UN travail à proprement parler tel qu'il est considéré dans notre société) sans compter les heures supplémentaires et le travail de nuit.

Etre maman au foyer c'est aussi manquer cruellement de reconnaissance et de légitimité. 
Puisqu'on ne travaille pas on ne peut pas être fatiguée, on ne peut pas en avoir marre, on ne peut pas avoir besoin de vacances.
Etre maman au foyer c'est aussi (pour cause de bébé pot de colle), ne pas pouvoir aller faire pipi tranquillement, ne pas pouvoir prendre le temps de déjeuner, ne pas pouvoir s'asseoir cinq petites minutes. 
C'est passer la plupart de son temps à lancer du linge, sortir du linge, repasser du linge, passer l'aspirateur, faire les poussières, faire les courses, préparer les repas, gérer l'administratif...et tout ceci en un temps record (souvent quand bébé fait sa seule sieste de la journée qui dure rarement plus d'1h30). 
Et puis il faut jongler avec les horaires d'école de la grande, les sorties au parc quand il fait beau (ce qui est plutôt rare ces derniers mois), les activités pour occuper bébé pot de colle, les rendez-vous chez le kiné, l’ostéopathe, la psychomotricienne pour cause de bébé préma. 
Et quand arrive le soir, une fois les enfants couchés, être juste épuisée et frustrée de ne pas avoir eu quelques minutes rien que pour soi (et se dire en passant qu'il faut absolument que je reprenne le travail pour préserver ma santé mentale). 

Donc, quand on me pose la question : "ça va, tu ne t'ennuie pas trop?", c'est à peine si j'ai envie d'hurler. Comment dire que je rêverais pouvoir avoir le temps de m'ennuyer car non, ce n'est pas parce que je suis maman au foyer que je passe ma journée avachie sur mon canapé!

J'avoue que le tableau que je dépeins est bien gris mais je vous rassure il y a aussi les bons côtés du congé parental, celui de passer du temps avec ses enfants, de les voir grandir, de les laisser vivre à leur rythme, d'être présente pour toutes ces premières fois si importantes dans une vie, et pour tout ça je ne regrette rien mais croyez-moi quand je vous dis que ce n'est pas facile tous les jours.

Ceci est mon expérience personnelle et mon ressenti mais être maman à temps plein ne m'épanouit pas autant que je le pensais et que je l'espérais. Pour certaines c'est une vraie vocation et ô combien j'admire leur dévouement car c'est un véritable don de soi.

Vous pouvez bien penser que c'est déplacé d'avoir la chance de pouvoir être en congé parental et de se plaindre, et bien tant pis, parce que mes enfants je les aime plus que tout et j'ai consacré dix ans de ma vie à me battre pour être maman mais c'est un travail à temps plein si difficile et si épuisant.

Dans huit mois, je redeviendrai une working mum et je sais aussi ce qui m'attend : courir le matin pour préparer les enfants, aller au travail et gérer le stress, les deadlines, supporter les collègues parfois, et démarrer une deuxième journée une fois qu'on quitte le bureau. 
Mais cette vie me fait aussi envie parfois, ne serait-ce que pour retrouver une vie sociale, être utile à autre chose, me sentir de nouveau une femme et ressentir ce manque qui crée le bonheur et l'excitation de retrouver mes amours une fois la journée terminée.

Voilà c'était un petit article coup de gueule qui me trotte dans la tête depuis un moment, alors le prochain qui me dit : "tu as le temps toi, tu ne travailles pas!", je lui laisse volontiers ma place pour tester ma vie de mère au foyer débordée!!


Allez je vous laisse, j'ai une longue journée qui m'attend!!!








vendredi 27 mai 2016

En ce moment



Je lis.  "Il n'y a ni mort ni peur" de Thich Nhat Hanh. J'aime les livres sur le développement personnel mais c'est la première fois que je me lance dans une lecture plus spirituelle qui fait réfléchir sur le sens de la vie et offre une autre vision du monde. C'est très apaisant!

J’écoute. Le nouveau titre de Justin Timberlake "Can't stop the feeling" qui me donne la pêche et une envie irrépressible de danser!

Je mange. Le plus équilibré possible pour me sentir bien dans ma tête et dans mon corps. Je manque parfois d'énergie alors j'essaie de manger plus de fruits et de légumes, sans oublier mon carré de chocolat quotidien indispensable pour mes papilles et mon moral!

Je travaille. Pour le moment ma carrière est entre parenthèse pour m'occuper de mes filles. Je suis maman au foyer et c'est un sacré travail très éreintant.
Sinon, mon plus gros dossier en cours c'est le travail sur moi-même. C'est je crois le plus douloureux, le plus perturbant, le plus compliqué mais le travail le plus passionnant qui m'ait été donné de faire car "quitter l'enfance est toujours douloureux mais accoucher de soi est la plus belle des choses".

J’espère. Que ce gros travail sur moi que j'ai commencé depuis longtemps portera ses fruits dans les prochains mois...

Je rêve. De passer un week-end en amoureux!

Je décide. De prendre plus du temps pour moi (même si ce n'est pas chose aisée) pour méditer, lire ou regarder une émission ou une série que j'aime.

Je me sens.
Fatiguée parfois, angoissée souvent, rêveuse toujours.

Je me demande.
Si un jour je serai enfin apaisée et libérée de ses fichues angoisses?

Je me souviens
. Trop souvent de moment difficiles du passé qu'il est grand temps d'oublier pour me remémorer toutes ces belles choses que je vis au quotidien.

Je pense.
Beaucoup trop que ça en devient épuisant...

J’ai du mal.
 A ne rester à rien faire! Je suis une hyperactive qui trouve toujours dix mille choses à faire plutôt que de prendre le temps de souffler. D'où parfois mon épuisement!

J’essaie.
De lâcher prise en essayant d'être moins perfectionniste et surtout moins dans le contrôle permanent.

Je porte. Une blouse Esprit rose que j'aime beaucoup car si vous ne le savez toujours pas j'adore le rose!

Je devrais. Courir de façon plus régulière et non tous les 2 mois quand l'envie est là.

J’aime.
M'endormir dans ses bras car c'est le seul endroit au monde où je n'ai pas peur et où je me sens bien...

Je veux.
Sourire, rire, aimer, vivre, danser, m'amuser en me sentant libre, légère, heureuse et sereine.


Merci Eleanor Sullivan et Au fil d'Isa pour cette chouette idée de notes qui m' a donnée envie de m'y mettre également!


Et vous, quels sont vos instantanés du moment?



lundi 23 mai 2016

Pink rainbow cake




Voici un petit moment que je n'avais rien posté par ici, par manque de temps certainement mais aussi parce que l'envie n'y était plus.
Aujourd'hui je reviens avec un article gourmand pour partager avec vous ma recette de Rainbow Cake.
On croit à tort que c'est un gâteau difficile à réaliser mais au contraire, il n'y a pas plus simple si vous avez un peu de temps devant vous car il est un peu long à préparer.

Pour le premier anniversaire de Baby Girl sur le thème Rose & Blanc (article ici), j'avais envie d'un gâteau girly et bien-sûr tout en rose, le pink rainbow cake était alors une évidence!

Depuis plusieurs années j'utilise la recette du blog Youminou. Je partage ici sa recette avec quelques variantes concernant le glaçage.

Les ingrédients pour les génoises :


  • 430g de farine tamisée
  • 430g de sucre
  • 220g de beurre mou
  • 35cl de lait entier
  • 5 oeufs
  • 7 g de levure (environ 1/2 sachet)
  • 1càc d’arôme naturel de vanille ou d'amande amère
  • colorant alimentaire rose en gel

Première chose, le préchauffage du four à 180°.

Blanchir les oeufs et le sucre, puis ajouter le beurre bien mou. Bien mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Ajouter la farine tamisée ainsi que le demi sachet de levure.
Ajouter le lait petit à petit, tout en remuant.
Terminer avec l’arôme.

Diviser la pâte obtenue en 6 parts égales (à l’aide d’une balance de cuisine si possible) puis les colorer (le mieux, pour ce genre de gâteau, ce sont les colorants en gel).

Cuire les génoises une à une dans un plat d’environ 20 cm de diamètre.
Commencez à cuire la première 10 minutes, puis ajustez le temps de cuisson en fonction du résultat que vous obtiendrez et toujours à 180°.

Laisser les génoises refroidir et passer au glaçage pendant ce temps.


Les ingrédient pour le glaçage:

  • 500g de mascarpone
  • 250g de crème fraîche liquide entière
  • du jus de citron
  • 150g de sucre glace

Monter la crème fraîche en chantilly (mettre au préalable les fouets, le saladier et la crème au congélateur quelques minute avant). Une fois la chantilly montée, ajouter le mascarpone, le sucre glace puis du jus de citron selon votre goût. Bien travailler le mélange pour qu’il soit facile à étaler et bien lisse.

Lorsque les génoises sont bien froides, passer au dressage : une génoise, une couche de ganache, une génoise, une couche de ganache, ainsi de suite…

(Pour un Rainbow Cake classique, l’ordre des couleurs est le suivant: Violet, bleu, vert, jeune, orange et rouge.)

Une fois cette étape finie, on glace le gâteau avec tout le reste de la crème.

Et hop, direction le réfrigérateur pour une nuit entière histoire que le gâteau prenne bien.

A la découpe, ce Rainbow Cake fait toujours son petit effet!



Life is better in pink!!!



dimanche 1 mai 2016

Laisser entrer du rose dans ma vie



Je ne sais pas quand exactement j'ai commencé à voir la vie en gris...moi qui ai passé mes trente premières années dans l'insouciance la plus totale teintées d'un optimisme à toute épreuve.
Vraisemblablement, ma vision du monde, et surtout de mon monde, a changé quand la maladie est venue frapper à ma porte.
Presque cinq ans plus tard, il faut que je me l'avoue, je n'ai plus été la même depuis ce jour où l'on m'a diagnostiqué ce mal, qui en plus de me faire incroyablement souffrir, m’empêcherait peut-être d'être maman une seconde fois.
Certes, j'avais déjà eu la chance de connaître ce bonheur-là (non sans lutte), et même si cette maladie invalidante n'est pas incurable, je me souviendrai toute ma vie de cette opération d'urgence et des mots du chirurgien à mon réveil qui m'ont fait descendre de mon nuage rose. Depuis je n'ai jamais réussi à y remonter...

Cinq ans de mal-être, d'angoisses, de colère, de tristesse pour enfin reconnaître il y a peu de temps que ce jour-là, j'ai connu un réel traumatisme.
Il m'aura fallu toutes ces années pour comprendre que ces émotions négatives et ce pessimisme exacerbé se sont enracinés en moi comme de la mauvaise herbe.

J'aimerais tant retrouver la jeune femme que j'étais avant ce mois de septembre 2011, celle qui était pleine de vie, d'envies et de rêves.
Je crois que je l'ai perdue de vue...et cette personne que je suis devenue, j'ai du mal à la reconnaître car elle n'est pas celle que je suis au fond de moi.
Celle que je suis vraiment ne s'est plus exprimée depuis longtemps et cherche par tous les moyens à se faire entendre. Alors mon esprit souffre et mon corps a mal...

Et pourtant, que j'aime le rose, sa douceur, sa tendresse et sa légèreté.
Et du rose, je ne devrais voir que ça!
Après dix ans de combat, j'ai pu devenir maman et ô combien j'aime mes filles d'un amour incommensurable. J'ai la chance de pouvoir faire une pause professionnelle pour leur consacrer 100% de mon temps. J'ai un homme qui m'aime et qui est prêt à tout pour moi. J'ai une famille unie, soudée et aimante...

Mais voilà...
Ma peur du lendemain et de l'inconnu m'empêche de voir le bonheur qui est juste là sous mes yeux.
Depuis le jour où j'ai vu le verre à moitié vide plutôt qu'à moitié plein, ma vie a été une succession d'épreuves, de douleurs, de traumatismes.
Je me suis alors empêchée d'être heureuse comme pour me protéger du prochain malheur qui s’abattrait sur moi.
Voilà donc presque cinq ans que je m'évertue à être sur mes gardes.
J'y mets tant d'énergie que je me suis perdue...jusqu'à ce jour dernier où j'ai enfin pris conscience que cette lutte incessante et inutile m'empêchait de vivre et qu'il était temps de lâcher prise.

Alors si j'essayais de voir la vie en nuances de rose comme j'arrivais si bien à le faire auparavant.
A cette époque, et malgré quelques coups durs, ma vie me semblait remplie de sourires, de joie, d'insouciance et de légèreté.

C'est un travail d'envergure qui m'attend mais je suis quelqu'un de persévérant et je sais que malgré tout, ces épreuves n'auront pas été vaines si je les laisse enfin me montrer que je peux de nouveau laisser entrer du rose dans ma vie...


Life is better in Pink!



lundi 11 avril 2016

♥ Tes 12 mois ♥






Et voilà! Nous y sommes depuis déjà deux semaines...tu as désormais 12 mois. Cet âge qui paraît si important tant l’évolution est impressionnante.
De bébé crevette d'à peine 1,8 kg tu es devenue mon grand bébé de presque 10 kg.
C'est une étape importante dans ta vie, et peut-être plus dans la mienne, car chaque mois, je suis venue ici raconter tes progrès et tes exploits et je tenais absolument à faire ce petit bilan mensuel jusqu'au jour où tu soufflerai ta première bougie! C'est chose faite!

Pour ta visite du 12ème mois (faite avec deux semaines de retard pour cause d'angine), tu as eu droit à des vaccins. Encore devrais-je dire car tout au long de cette année je ne compte plus le nombre d'injections que tu as eues...
Tu grandis toujours à ton rythme et tu pèses désormais 9,620 kg et mesure 76 cm. Nous passons tout doucement aux vêtements en taille 18 mois.

Je ne sais pas si c'est le cap de la première bougie mais j'ai l'impression que tu fais plein de nouvelles choses! Toujours pas de quatre pattes mais ce qui est sûr c'est que tu adores marcher et désormais, plus besoin de nos deux mains...une seule suffit pour t'aider désormais car tu te débrouilles comme une chef.
Tu arrives à tenir debout de plus en longtemps lorsque tu ne t'en rends pas compte, car tu n'es pas encore très rassurée de te sentir seule sans appui!
Même si tu ne sais toujours pas te redresser pour te mettre assise toute seule et que tu détestes toujours autant être sur le ventre, tu parviens à te déplacer grâce à un jeu de jambes et de fesses très bien maîtrisé!
Tu ne dis pas encore un mot (à part Maman, Papa et Doudou) mais tu sais très bien te faire comprendre par tes gestes, tes attitudes et tes regards.

Concernant tes nuits, on peut dire que tu dors "comme un bébé" sauf quand les microbes ou les dents ont décidé de te faire quelque peu souffrir. Tes réveils sont par contre encore bien matinaux. Il n'est pas rare de t'entendre chouiner dès 5h30.
Selon l'heure à laquelle tu te réveilles, il peut encore arriver que tu fasses une petite sieste le matin sinon tu peux dormir désormais 2 heures en début d'après-midi.

Tes repas sont à l'identique depuis plusieurs mois, seule la quantité change selon ton appétit du moment. Tu n'es pas très difficile et tu adores goûter tout ce qu'il y a dans nos assiettes ou dans nos verres.
Ton menu quotidien est donc à peu près toujours le même :
- le matin : un biberon de 180 à 240 ml avec une cuillère à soupe de céréales
- le midi : entre 100 et 200g de légumes/féculents/viande ou poisson + un laitage de 60g
- le goûter : 100g de compote + un biberon de 150 ml + un biscuit
- le soir : un biberon de 180 à 240 ml avec une cuillère à soupe de céréales aux légumes + une compote

Tu as 12 mois et je te connais désormais mieux que personne. Tu es toujours aussi souriante, câline, curieuse, têtue, joyeuse...Il y 12 mois tu as changé nos vies de la meilleure façon qui soit!


Love...